Exégèses

Parler de sa vie - Jean-Jacques Goldman
  • Exégèses

    article image

    L'absence

    Bien avant Céline Dion, bien avant d'être sollicité par bon nombre de chanteurs à la recherche d'un compositeur talentueux, certains artistes ont fait appel à Jean-Jacques Goldman. C'est de cette volonté de travailler avec un artiste qu'elle appréciait que la chanteuse Rose Laurens a contacté Jean-Jacques en 1990. Son parcours n'est pas sans rappeler celui de Jean-Jacques Goldman. Comme lui, Rose Laurens de son vrai nom Podwojny, a des origines polonaises par son grand-père (pianiste et violonis...

  • Exégèses

    article image

    Frères

    La guerre en Ukraine fait ressurgir une chanson écrite par Jean-Jacques Goldman : "Frères". Elle sort en 1993, sur l’album "Rouge", le second album studio de Fredericks Goldman Jones. C’est un duo entre le Français et le Gallois. Le premier depuis “Je te donne” en 1985. Et là encore, le mélange des deux voix, la guitare de Michael et les textes de Jean-Jacques fonctionnent à merveille. Sur une rythmique lente, les couplets sont écrits comme un dialogue entre deux soldats, chacun défendant un point de vue et une histoire au final similaires...

  • Exégèses

    article image

    Rouge

    En décembre 1993, Fredericks-Goldman-Jones publie le single "Rouge", le premier qui défendra leur second album du même nom. Dans le clip attenant, un homme âgé feuillette l’album photo de sa vie, des photos en noir et blanc d’une vie heureuse mais aussi des photos de guerre. En fond, depuis son poste de télévision des années 90, les chœurs de l’Armée rouge chantent à plein poumons. Cet homme, ça pourrait être Alter Mojsze Goldman, le père de Jean-Jacques. Dans les années 30, il a quitté la Pologne pour l’Allemagne puis la France. Il était "fasciné par Victor Hugo, la déclaration des droits de l’homme, il a fait de la résistance", raconte Jean-Jacques dans une entrevue en 1994.

  • Exégèses

    article image

    Tu manques

    Lorsque Jean-Jacques Goldman crée le trio Fredericks Goldman Jones en 1990, il range son costume de superstar des années 80 et se positionne au même niveau que ses deux nouveaux compagnons de route et de studio : Carole Fredericks et Michael Jones. Ce n’est plus lui la vedette, ils sont trois, en témoigne leur premier album éponyme sorti en 1990. Certes, Goldman écrit et compose. Tout. Parfois en collaboration avec Jones. Mais ils chantent tous les trois. À parts égales. Ou presque. À la fin du disque, il y a “Tu manques”...

  • Exégèses

    article image

    Né en 17 à Leidenstadt

    En 1990, après cinq albums, Jean-Jacques Goldman délaisse sa carrière solo pour se lancer dans une aventure qu’il avait déjà expérimentée avec Taï Phong : un groupe. Carole Fredericks, Jean-Jacques Goldman et Michael Jones s’imposeront sur la scène musicale pendant 6 ans, le temps de deux albums studio et deux tournées. Leur premier album, sobrement baptisé du nom du groupe, Fredericks-Goldman-Jones, sort le 28 novembre 1990. Le troisième single, "Né en 17 à Leidenstadt", est l’un des morceaux les plus importants de la carrière de Goldman. En partie parce qu’il illustre parfaitement l’intelligence du personnage et qu’une fois de plus, c’est une leçon de vie.

Abonnez-vous

Afin d'être certains d'être informés le plus rapidement possible de l'actualité de Jean-Jacques Goldman et des mises à jour du site "Parler d'sa vie", abonnez-vous à la liste de diffusion !