Blog

Parler de sa vie - Jean-Jacques Goldman
  • Exégèses

    article image

    Rouge

    En décembre 1993, Fredericks-Goldman-Jones publie le single "Rouge", le premier qui défendra leur second album du même nom. Dans le clip attenant, un homme âgé feuillette l’album photo de sa vie, des photos en noir et blanc d’une vie heureuse mais aussi des photos de guerre. En fond, depuis son poste de télévision des années 90, les chœurs de l’Armée rouge chantent à plein poumons. Cet homme, ça pourrait être Alter Mojsze Goldman, le père de Jean-Jacques. Dans les années 30, il a quitté la Pologne pour l’Allemagne puis la France. Il était "fasciné par Victor Hugo, la déclaration des droits de l’homme, il a fait de la résistance", raconte Jean-Jacques dans une entrevue en 1994.

  • Exégèses

    article image

    Tu manques

    Lorsque Jean-Jacques Goldman crée le trio Fredericks Goldman Jones en 1990, il range son costume de superstar des années 80 et se positionne au même niveau que ses deux nouveaux compagnons de route et de studio : Carole Fredericks et Michael Jones. Ce n’est plus lui la vedette, ils sont trois, en témoigne leur premier album éponyme sorti en 1990. Certes, Goldman écrit et compose. Tout. Parfois en collaboration avec Jones. Mais ils chantent tous les trois. À parts égales. Ou presque. À la fin du disque, il y a “Tu manques”...

  • Cartes Blanches

    article image

    Ma force, ma dissonance, ma source et ma dissidence

    1982. Un matin de juin. J’ai onze ans. Angoissé, j’écoute la radio. Je sais que dans quelques heures, je recevrai mon bulletin de notes. Tout bêtement, je décide que si on passe une chanson que j’aime, tout ira bien. Je me dis en quelque sorte qu’il suffira d’un signe. Je ne croyais pas si bien dire ! Plus tard, je me retrouve premier de la classe.

  • Essais

    article image

    La nuit dans les chansons de Jean-Jacques Goldman

    Jean-Jacques Goldman, dans sa période d’intense activité musicale, entretient un rapport particulier et privilégié avec la nuit. Dans les années 70-80, il gère ses obligations familiales et son activité d’auteur-compositeur interprète en jouant et en composant dans la cave située au sous-sol de son domicile de Montrouge, le plus souvent la nuit, pour des raisons de temps et de recherche de tranquillité. Jean-Jacques Goldman mène pour ainsi dire deux vies bien distinctes et bien séparées car inconciliables : la vie familiale le jour et la vie artistique la nuit.

  • Derrière les notes

    article image

    Quelque chose de bizarre

    À chaque cahot que subissait le train, le petit carton couleur carmin sautillait dans ma main. — Parkinson ? Me dit-elle. — Jack Daniels répondis-je. Assommé par l'alcool, je ne l’avais pas vue s’installer en face de moi. Je redresse mon museau : un énorme bouquet de chrysanthèmes dévore sa silhouette : — Vous avez le sens de la fête, dis-je en pointant le bouquet...

Abonnez-vous

Afin d'être certains d'être informés le plus rapidement possible de l'actualité de Jean-Jacques Goldman et des mises à jour du site "Parler d'sa vie", abonnez-vous à la liste de diffusion !