Blog

Parler de sa vie - Jean-Jacques Goldman
  • Derrière les notes

    article image

    Quelque chose de bizarre

    À chaque cahot que subissait le train, le petit carton couleur carmin sautillait dans ma main. — Parkinson ? Me dit-elle. — Jack Daniels répondis-je. Assommé par l'alcool, je ne l’avais pas vue s’installer en face de moi. Je redresse mon museau : un énorme bouquet de chrysanthèmes dévore sa silhouette : — Vous avez le sens de la fête, dis-je en pointant le bouquet...

  • Exégèses

    article image

    Né en 17 à Leidenstadt

    En 1990, après cinq albums, Jean-Jacques Goldman délaisse sa carrière solo pour se lancer dans une aventure qu’il avait déjà expérimentée avec Taï Phong : un groupe. Carole Fredericks, Jean-Jacques Goldman et Michael Jones s’imposeront sur la scène musicale pendant 6 ans, le temps de deux albums studio et deux tournées. Leur premier album, sobrement baptisé du nom du groupe, Fredericks-Goldman-Jones, sort le 28 novembre 1990. Le troisième single, "Né en 17 à Leidenstadt", est l’un des morceaux les plus importants de la carrière de Goldman. En partie parce qu’il illustre parfaitement l’intelligence du personnage et qu’une fois de plus, c’est une leçon de vie.

  • Exégèses

    article image

    Fermer les yeux

    Après le fils du notaire et le jeune de cité de la chanson "Des vies", les deux soldats de "Frères", l'infirmière et le bébé de "Juste Après", c'est à nouveau deux personnages qui servent les paroles de la chanson. "Deux êtres privés de liberté" dira Jean-Jacques. Un prisonnier et une prostituée. Deux choix qui ne sont pas anodins et qui vont grandement participer à l'atmosphère de la chanson. Dès les premières secondes, des chœurs de femmes Bulgares aux harmonies magnifiques surgissent du néant. "Des voix difficiles à trouver" déclare Jean-Jacques...

  • Essais

    article image

    Un jour, un destin : une réussite

    Je dois vous avouer quelque chose : j'adore "Un jour, un destin", et j'adore le style narratif de Laurent Delahousse. J'étais donc relativement confiant que ce documentaire serait une réussite. Le montage de Dorothée Creel est intelligent, les images rares et inédites sont bienveillantes. Clairement pas un documentaire à charge comme ceux que nous avons pu subir par le passé....

  • Derrière les notes

    article image

    Deux amies

    Tu avais quatre ans, j'en avais cinq. Depuis notre plus tendre enfance, tu faisais partie de ma vie, de ma famille de cœur, nos souvenirs sont de toujours. Amies-sœurs. Je sens encore ces odeurs d'insouciance, ces parfums d’amitié, nos rires, nos bêtises et nos larmes partagées...

Abonnez-vous

Afin d'être certains d'être informés le plus rapidement possible de l'actualité de Jean-Jacques Goldman et des mises à jour du site "Parler d'sa vie", abonnez-vous à la liste de diffusion !