Blog

Parler de sa vie - Jean-Jacques Goldman
  • Cartes Blanches

    article image

    La ligne claire de Goldman

    J’ai été surpris (agréablement) lorsque Jean-Michel Fontaine m’a demandé un texte pour son site "Parler d’sa vie", parce que je n’ai pas connu Jean-Jacques Goldman. Et je ne suis même pas ce qu’on appelle un "fan". Bien que j’aime ses chansons, pas de 45 tours offert le jour de mes quinze ans, pas de poster punaisé dans ma chambre, pas de flirt adolescent bercé par sa musique, pas de révélation d’une "première fois" où je l’aurais entendu. Mais j’écris depuis plusieurs années des textes sur la c...

  • Essais

    article image

    Patrick Fiori, Jean-Jacques Goldman : deux gens qui s'aiment

    "Il y a des moments-clés et il y a des gens-clés" affirmait Patrick Fiori en 2005 au sujet de sa carrière. Il ne fait nul doute que Jean-Jacques Goldman en fait partie. Il aura fallu de la patience pour que naisse leur collaboration. Et pourtant, elle s’est avérée une évidence au regard de ce qu’il en est aujourd’hui : une amitié qui, sur le plan professionnel, est un pilier pour Patrick Fiori. Gamin, à Marseille sa ville natale, Patrick Chouchayan empruntait le chemin de l’école en chantant...

  • Exégèses

    article image

    Rouge

    En décembre 1993, Fredericks-Goldman-Jones publie le single "Rouge", le premier qui défendra leur second album du même nom. Dans le clip attenant, un homme âgé feuillette l’album photo de sa vie, des photos en noir et blanc d’une vie heureuse mais aussi des photos de guerre. En fond, depuis son poste de télévision des années 90, les chœurs de l’Armée rouge chantent à plein poumons. Cet homme, ça pourrait être Alter Mojsze Goldman, le père de Jean-Jacques. Dans les années 30, il a quitté la Pologne pour l’Allemagne puis la France. Il était "fasciné par Victor Hugo, la déclaration des droits de l’homme, il a fait de la résistance", raconte Jean-Jacques dans une entrevue en 1994.

  • Exégèses

    article image

    Tu manques

    Lorsque Jean-Jacques Goldman crée le trio Fredericks Goldman Jones en 1990, il range son costume de superstar des années 80 et se positionne au même niveau que ses deux nouveaux compagnons de route et de studio : Carole Fredericks et Michael Jones. Ce n’est plus lui la vedette, ils sont trois, en témoigne leur premier album éponyme sorti en 1990. Certes, Goldman écrit et compose. Tout. Parfois en collaboration avec Jones. Mais ils chantent tous les trois. À parts égales. Ou presque. À la fin du disque, il y a “Tu manques”...

  • Cartes Blanches

    article image

    Ma force, ma dissonance, ma source et ma dissidence

    1982. Un matin de juin. J’ai onze ans. Angoissé, j’écoute la radio. Je sais que dans quelques heures, je recevrai mon bulletin de notes. Tout bêtement, je décide que si on passe une chanson que j’aime, tout ira bien. Je me dis en quelque sorte qu’il suffira d’un signe. Je ne croyais pas si bien dire ! Plus tard, je me retrouve premier de la classe.

Abonnez-vous

Afin d'être certains d'être informés le plus rapidement possible de l'actualité de Jean-Jacques Goldman et des mises à jour du site "Parler d'sa vie", abonnez-vous à la liste de diffusion !